Un ami de mon grand-père m’appelait « la petite-fille du 12ème « . Mon grand-père était le 12ème moniteur de ski diplômé par l’ENSA. Émile Allais avait le numéro un. Mon grand-père avait appris à s’occuper des abeilles auprès d’un paysan et quand ce paysan est mort, il a hérité du rucher qui est toujours en place aujourd’hui, à gauche du parking du Tour. C’est un rucher centenaire qui donne toujours du miel. Tu sais que si tu déplaces un rucher, les abeilles reviennent malgré tout à l’emplacement initial et elles le cherchent. Elles peuvent en mourir de ne pas le trouver.
Il est devenu ensuite guide-chef au bureau des guides d’Argentiere et j’assistais à la distribution des courses puis il est parti en Laponie avec son désir d’apprendre et de découvrir.
Mon grand-père, ce héro. Quelqu’un d’ouvert, d’entreprenant, de curieux du monde. J’habite sa maison au Tour et ça me donne de la force.